Pourquoi ce livre ?

Trouvez-vous que la vie est belle, simple, intéressante et facile?
Si c’est le cas, vous n’aurez pas besoin de lire ce livre, car vous avez la chance de posséder à l’état naturel toutes les ressources qui vous permettent de traverser la vie avec plaisir et réussite.

Mais il est plus probable que vous trouviez que la vie n’est pas si facile que ça. Vous considérez peut-être que vos conditions sont acceptables, qu’il y a des gens bien plus malchanceux que vous sur terre, mais malgré cela, vous n’arrivez pas à trouver le bonheur.

Vous pensez peut-être que l’on n’y peut rien, que la vie est dure, qu’elle est «une vallée de larmes» et que c’est normal.

Êtes-vous le genre de personne à ne pas vous sentir digne d’être aimé, d’être heureux et de réussir? Ou êtes-vous allé tellement loin dans vos dérives paresseuses, alimentaires ou autres que vous estimez ne jamais pouvoir remonter la pente?

Êtes-vous le genre de personne qui ne veut pas changer? Pourquoi changer alors que je ne suis pas si mal, après tout? Pourquoi changer alors que c’est tellement plus facile de dire que c’est aux autres de le faire? Pourquoi changer alors que c’est tellement confortable de ne pas se remettre en question, de dire que tout est pourri, de dire qu’il n’y a jamais eu sur terre autant de manque d’humanité, d’irrespect et de guerres?

Ou alors, bien qu’étant plutôt heureux et réussissant assez bien votre vie, cherchez-vous quelque chose de plus? Peut-être simplement un peu de paix intérieure?

Je suis certain d’une chose. Quel que soit l’endroit où vous vous situez dans les descriptions ci-dessus, quels que soient votre âge, vos conditions de vie, votre situation et votre passé : tout le monde désire être heureux et réussir.

Je suis également certain d’une deuxième chose : tout le monde, s’il le veut, peut largement améliorer sa vie, en modifiant de tout petits détails dans sa façon de penser.

Mais pourquoi ce livre?
Je fais certainement partie de la catégorie de ceux qui cherchent quelque chose de plus, car dès que j’ai su lire, j’ai commencé à chercher. Pourquoi sommes-nous là? Quel est le but de la vie? Pourquoi allons-nous bien à certains moments et moins bien à d’autres? Mais surtout, je cherchais déjà à comprendre s’il est possible d’agir sur ce qui nous arrive, s’il existe des moyens pour aller bien, pour réussir et pour être heureux.

Vers 15 ans, adolescence oblige, je regardais du côté des extra-terrestres, de Lobsang Rampa, du paranormal, bref, des théories un peu fumeuses. Je ne m’en rendais pas compte à l’époque, mais tous ces domaines ont un point commun, celui de fuir la réalité et croire qu’une certaine magie peut enchanter le monde. Mon but était certainement de fuir un monde qui ne me plaisait pas ou qui me faisait peur, un monde dans lequel je ne voulais pas entrer, le monde des adultes, tellement sérieux, triste et manquant de poésie.

Entre 17 et 20 ans, je lisais principalement des livres de psychologies, de philosophie, de religion et de spiritualité. Je possédais la carte d’abonnement de toutes les bibliothèques de la région et je dévorais tout ce qui touchait de près ou de loin à l’amélioration de la vie. Après tout, réussir et être heureux, ne serait-ce pas le plus grand et peut-être le seul véritable projet de toute sa vie? Je le pensais et je le pense toujours, 40 ans plus tard.

Pour réussir un aussi beau projet, il faut bien sûr travailler et s’instruire, en dévorant des livres. J’en dévorais tellement qu’à 20 ans, un petit calcul m’a fait constater que j’avais «quand même», tous livres lus mis virtuellement l’un sur l’autre, atteint les 2,5 m. de hauteur de plafond de ma chambre d’étudiant.

Entre 20 et 35 ans, j’ai continué à lire, peut-être un peu moins. Mais j’ai commencé à réfléchir sur ces lectures, à malaxer dans ma tête et à filtrer un peu tout ça. Quels étaient les éléments qui pouvaient être utiles dans ma vie de tous les jours et lesquels ne servaient qu’à alimenter ou à apaiser mon intellect?

Vivant en Suisse, dans des conditions plutôt favorables, je ne trouvais pas la vie particulièrement difficile et désagréable. Mais je me suis rapidement aperçu que certains, dans les mêmes conditions de vie que moi, ne pensaient qu’à se plaindre et à trouver que la vie était dure et désagréable.

Après 35 ans, il y a eu la famille et les enfants, avec tous les soucis que cela comporte. J’ai également traversé deux périodes de chômage, durant lesquelles je voyais à la télévision des gens dans la même situation que moi, tomber au fond du gouffre. Moi, je m’en tirais très bien.

Il faut dire que je m’étais constitué, au cours du temps, une liste de belles phrases positives qui m’aidaient énormément dans les moments les plus difficiles. Je ne les lisais presque jamais, mais j’avais intégré leur principe. Je m’étais en quelque sorte fabriqué une bonne psychologie grâce à mes lectures. Les autres pleuraient sur leur sort à la moindre difficulté ou râlaient sur l’injustice du monde. Moi, je positivais et je continuais tranquillement à avancer. Avais-je trouvé une méthode pour tenir le coup face aux difficultés de la vie ou aurais-je eu les mêmes aptitudes sans avoir lu un seul livre de philosophie et de développement personnel? La première hypothèse m’a semblé être la bonne. C’était bien mes lectures positives qui m’aidaient à surfer sur les difficultés de la vie.

Vers 45 ans, j’ai repris mes notes. J’ai analysé ma liste pour vérifier si j’utilisais tout ce qui s’y trouvait. J’ai commencé à élaguer afin de me constituer un super résumé de résumé, ne comportant que des choses utilisables. Un super condensé qu’on ne lit qu’une ou deux fois par mois et qui nous booste pour le reste du temps. Je lisais encore un peu et je suis tombé sur Aimer ce qui est de Katie Byron. Ce livre a provoqué un déclic en moi. Malgré tout ce que je savais sur le lâcher-prise, Katie est parvenu à me faire comprendre quelque chose que je n’avais encore pas compris sur le réel lâcher-prise. Il existait donc une façon d’écrire, toute simple, pas académique du tout, qui expliquait mieux les choses que des dizaines d’autres livres? Aimer ce qui est, accompagné de Réfléchissez et devenez riche de Napoleon Hill et Pouvoir illimité de Anthony Robbins permettaient à eux seuls de résumer la moitié de la philosophie que j’avais mis presque 40 ans à me construire.

Quelques années plus tard, j’ai repris mon résumé, encore élagué, mais augmenté des concepts de Katie Byron, de Eckhart Tolle, découvert entretemps et de nouvelles expérimentations personnelles. J’étais désormais en possession d’un document qui me semblait très bien, concret et utilisable. Je me suis dit qu’il était temps que j’arrête ce genre de lecture puisque je n’apprenais plus rien en le faisant, mais que je me mette à pratiquer les merveilleux concepts que j’avais mis des décennies à construire. Puis un jour, il y a environ quatre ans, je me souviens avoir pensé qu’il serait bien dommage que des personnes et des jeunes devraient passer autant de temps que moi pour obtenir ces outils, qui m’étaient tellement utiles dans la vie de tous les jours.

Une année s’est encore écoulée avant que je me dise : «Et si j’écrivais un livre? Je ne suis pas écrivain, ni auteur, ni journalise, ni psychologue, ni philosophe. Mais mon document, mon bon sens et le côté technique de mes formations pourraient être un atout pour expliquer aux autres le fonctionnement de tout ce que j’ai découvert». Une partie des livres que j’avais lus dans ma vie étaient indigestes au possible, car ils semblaient avoir été écrits par des Prix Nobel ou pour servir de thèses universitaires. D’autres ne parlaient que d’argent, mais pas du tout de bonheur. Il manquait peut-être un livre. Un livre qui parlerait comme Katie, Napoleon et Anthony mais qui inclurait en plus la myriade de petites notions que j’avais la chance d’avoir acquises durant toutes ces années.

Il m’était devenu impossible d’imaginer que «40 ans de travail» finissent au fond d’un tiroir, pour mon seul usage personnel. J’ai donc repris mon document dans l’idée cette fois, d’en faire un livre. J’ai retravaillé le tout pendant 2 ans.

J’espère que ce livre vous plaira et je suis certain qu’il vous permettra de foncer vers le bonheur et la réussite.

 

Raph Lavandou

Raphaël Savoy né le 27.12.1962 à Chermignon dans le canton du Valais en Suisse.
Formations Ingénieur en électronique et ingénieur en informatique.
Profession actuelle Ingénieur en informatique dans une société d’assurance.
Autres activités Auteur de ce livre.
Passions La vie, parce que c’est là où l’on vit.
Le sport, parce que c’est durant ces moments-là que l’on se sent vraiment vivre.
Projets Probablement ne plus écrire de livre, car comme le décrit le sous-titre de celui-ci, je pense y avoir tout dit et je ne crois pas pouvoir disposer de 40 ans de plus pour en écrire un autre.
Alimenter ce blog pour préciser les techniques expliquées dans le livre et pour rester à l’écoute des lecteurs.
Traduire ce livre dans de nouvelles langues dès que les ventes des versions existantes le permettent.
Continuer à vivre, à faire du sport et de multiples activités, dans le bonheur et la réussite.